Vous êtes ici : Accueil > Actualité > « Des troupeaux de plus de 100 vaches et un lait au cours mondial »

 

Retour aux Actualités

Débat

« Des troupeaux de plus de 100 vaches et un lait au cours mondial »

Alain Bergey, associé du Gaec Vivieroche, à La Rochelle (Haute-Saône), livre son appréciation sur l'évolution de la filière laitière.

« Les grands troupeaux seront plus nombreux à l’avenir. Les étrangers augmentent. On n’a pas le choix, sinon tu te fais manger. Les troupeaux avec 60 vaches laitières, ça sera bientôt fini. Seuls les ateliers dans une filière de qualité réussiront à s’en sortir avec un cheptel réduit. L’option agriculture biologique ? Je la sens mal. Beaucoup de monde s’y met. Les vrais « bios » vont souffrir. La moitié de ce qui est vendu sous l’étiquette « bio » dans les grandes surfaces n’est pas du « bio » ! La filière peut casser. Nous allons vers des troupeaux laitiers de plus de 100 vaches et un lait payé au prix mondial. Un petit éleveur ne pourra pas suivre cette évolution. Il deviendra salarié d’une grande ferme restructurée et financée par un investisseur qui dispose de capitaux. Dans notre Gaec avec huit associés et un salarié, nous atteignons la limite de nos possibilités : 180 vaches à la traite, 164 places dans le bâtiment, 1,9 million de litres de lait, 600 hectares de céréales, une unité de méthanisation. Chaque activité fournit un tiers du produit brut. Mais on a mangé des sous cette année avec un lait à 296 euros au prix de base. C’est bien simple, en dessous de 300 euros, ça devient catastrophique. Des vaches en plus ? Ce n’est pas pour maintenant. Ça dépendra des jeunes. Il faudrait un bâtiment supplémentaire pour 100 vaches. On ne va pas construire pour 20 vaches ! En attendant, nous développons la livraison de courant électrique grâce à la méthanisation et une unité de 400 kW. On sera moins contraints par les prix du lait et des céréales. »

 

Posté le 20/04/2017
Envoyer à un ami
Imprimer