Vous êtes ici : Accueil > Actualité > La génomique en voie de démocratisation en race Limousine

 

Retour aux Actualités

Nouvelle technologie

La génomique en voie de démocratisation en race Limousine

Au Space 2011, la société Ingenomix, filiale du herd-book Limousin, lançait trois outils génomiques pour la sélection génétique. Cette offre s'adapte et ses tarifs baissent, afin de démocratiser l'utilisation de cette technologie et de mieux l'utiliser dans la voie femelle.

En génétique allaitante, la race Limousine demeure toujours à la pointe de l'utilisation de la génomique, grâce à la société Ingenomix, filiale du herd-book et de France Limousin Sélection. En 2011, la société a lancé trois outils baptisés Evalim, Optilim et Flexilim permettant de mieux trier les jeunes animaux et de conserver les meilleurs reproducteurs. L'offre n'en comprend aujourd’hui plus que deux, avec des tarifs plus abordables. Un simple poil d'un bovin permet d'estimer son potentiel génétique. L'évaluation génomique s’appuie sur la détection sur l'ADN de marqueurs connus pour avoir une influence sur des caractères d’intérêt chez les bovins. L’efficacité de la sélection génomique est avérée, dès lors que l’influence d’un marqueur (sur des caractères bien précis) est démontrée et établie sur la base d’une population de référence. Ces derniers sont identifiés grâce à la biotechnologie des puces à ADN et permettent ensuite d'estimer la valeur génomique d’un animal. Primés au Space de Rennes en 2011, les tests ADN lancés par Ingenomix permettent d'analyser jusqu'à sept caractères : facilité de naissance, potentiel de croissance, développement musculaire, développement squelettique, finesse d'os, aptitude au vêlage et aptitude à l'allaitement. « En 2012, 1 000 tests ont été effectués », souligne Sébastien Arico, responsable recherche et développement au sein de la société Ingenomix. La plupart de la clientèle appartient au cercle des sélectionneurs de la race, même si certains éleveurs commencent à s'intéresser de près à cette technologie pour trier leurs génisses. Dans le but de continuer de démocratiser l'utilisation de la génomique et d’augmenter la pression de sélection, Ingenomix adapte son offre. La société propose une technologie aussi fiable et à moindre coût. Ainsi Evalim, outil le plus complet, permet de lire l'ADN de l'animal et d'évaluer son potentiel en fonction des sept critères cités précédemment. Désormais, ce service coûte 89 euros au lieu 140 euros !

Une perte de précision restreinte

Jusqu'à présent, Evalim a surtout été utilisé sur de jeunes taureaux. En revoyant son tarif, la société Ingemonix souhaite encourager les éleveurs à utiliser cet outil sur leurs génisses pour trier les meilleurs spécimens ou, sur les femelles à haut potentiel pour générer des accouplements plus performants. Autrefois basée sur la technologie utilisant la puce Illumina 54 k, capable d'identifier 54 000 marqueurs ADN, Evalim emploie une puce 7 k, capable d'identifier 7 à 10 000 marqueurs. A priori, nous pourrions penser à une perte d'efficience forte au vu de la baisse du nombre de marqueurs. « Ce n'est pas le cas, car une extrapolation statistique nous permet d'estimer le reste de l'ADN », assure le chercheur. D'ailleurs, la taille de la population de référence évolue considérablement, passant de 1 700 individus à près de 2 700. Le gain de fiabilité s'avère donc important.

Le deuxième service, baptisé Optilim, est abandonné. Enfin, Flexilim demeure un outil de sélection axé sur les qualités maternelles : aptitudes au vêlage et à l'allaitement. Son tarif passe de 50 à 39 euros. Il se voue avant tout au tri des génisses de renouvellement. Pour démocratiser le recours à l'évaluation génomique, Ingenomix a également décidé de modifier la présentation des résultats par les éleveurs. Désormais, chaque animal se fera attribuer un score sur une échelle de 1 à 10 où 5 sera la valeur moyenne de la population de référence. Jusqu'à présent, la note moyenne était de 3, ce qui générait des déceptions chez les éleveurs pensant qu'une note de 3 était synonyme de sous-performance.

La voie mâle également concernée !

Autre nouveauté témoignant de la montée en puissance de la génomique, la station de Lanaud (Haute-Vienne) va miser sur cette technologie pour améliorer le prétri des animaux intégrant le programme de qualification et ce, dès la prochaine campagne. « Dans chaque promotion, nous avons remarqué que ces géniteurs présentaient des qualités évidentes en matière de croissance et de morphologie, mais leurs aptitudes à transmettre de bonnes qualités maternelles et des qualités de vêlage facile peuvent être améliorées, estime Sébastien Arico. La génomique va nous aider dans ce sens et des notations entreront dans la prise de décisions. Nous envisageons également d'attribuer une valeur génomique aux mâles en sortie de station. »

La société Ingénomix continue de développer ses outils en Europe (Allemagne, Autriche et Hongrie), grâce à un partenariat avec l'entreprise NovaSelek. Les populations de référence étant similaires, les outils développés en France demeurent efficaces dans ces pays. La demande reste également soutenue sur le Benelux.

 

 

Posté le 30/05/2013
Envoyer à un ami
Imprimer