Vous êtes ici : Accueil > Actualité > Le complexe BVD – maladie des muqueuses - méthodes de diagnostic

 

Retour aux Actualités

Fiche santé

Le complexe BVD – maladie des muqueuses - méthodes de diagnostic

Les différentes méthodes utilisées pour diagnostiquer une diarrhée virale bovine ou une maladie des muqueuses.

Le diagnostic clinique est confirmé par des analyses de laboratoire. Le choix et l’interprétation des analyses s’établiront toujours en fonction du contexte de l’élevage. 

Dans le cas d’un animal présentant des symptômes évocateurs de diarrhée virale bovine (BVD) ou de maladie des muqueuses (MD), la recherche du virus s’impose soit par la mise en évidence d’un antigène viral  soit par l’identification du matériel génétique du virus par polymerase chain reaction (PCR). Un résultat positif indique un animal infecté persistant immunotolérant (IPI) c’est-à-dire contaminé par le virus au stade fœtal ou un animal infecté transitoire, c’est le cas d’un bovin qui a rencontré le virus au cours de sa vie.  Trois semaines plus tard, l’animal IPI est toujours positif et l’animal infecté transitoire redevient négatif par la stimulation de son système immunitaire qui élimine le virus de l’organisme.  La PCR est la méthode choix pour le dépistage des veaux de moins de 6 mois car elle n’est pas influencée par les anticorps issus du colostrum. 

D’autre part la recherche positive des anticorps par sérologie signifie uniquement que l’animal a déjà rencontré le virus et s’est défendu contre celui-ci en produisant des anticorps.  Ce résultat ne permet pas de s’assurer que le BVD est en lien direct avec les symptômes constatés au moment du prélèvement comme par exemple un avortement.  Un animal sera séronégatif s’il n’a jamais rencontré le virus ou s’il n’a pas encore eu le temps de fabriquer les anticorps et, contrairement aux autres maladies, s’il est IPI. Un animal IPI aura le statut suivant : virologiquement positif et sérologiquement négatif.

En élevage laitier, les analyses sont réalisables au niveau du lait de tank et sont le reflet du statut des vaches présentent le jour du prélèvement.  Il faudra compléter l’information par des tests individuels sur les vaches taries ou écartées du tank pour causes de mammites ou de cellules le jour de l’échantillonnage.  L’évolution de la sérologie de lait de tank est un indicateur de la circulation virale au sein du  troupeau mais est influencée par certains vaccins tandis que la PCR du lait de tank indique la présence d’une vache IPI. 

 

Docteur Gérard Bosquet

 

Sur le même sujet, retrouvez :

-          Le complexe diarrhée virale bovine – maladie des muqueuses : caractéristiques, transmissions et conséquences : http://www.gt-mag.com/le-complexe-diarrhee-virale-bovine-maladie-des-article-578.html

-          Le complexe diarrhée virale bovine – maladie des muqueuses : contrôle de l’infection et prévention

Posté le 18/12/2013
Envoyer à un ami
Imprimer