Vous êtes ici : Accueil > Actualité > Valoriser les émanations gazeuses des fosses à lisier

 

Retour aux Actualités

Nenufar

Valoriser les émanations gazeuses des fosses à lisier

La jeune start-up francilienne Nénufar propose une solution pour capter le biogaz généré par le stock de lisier en élevage, pour un investissement inférieur à 100 000 euros.

La jeune start-up francilienne Nénufar propose une solution éponyme pour capter le biogaz généré par le stock de lisier dans les élevages. Cette bâche flottante facile à mettre en place même sur fosse pleine quel que soit son volume, sur une construction circulaire ou rectangulaire. Elle repose sur le lisier le lisier et est maintenue par un boudin périphérique semi-immergé de type Zodiac. Un dôme se forme quelques jours après la pose. Le gaz récupéré transite ensuite par une canalisation souterraine réduisant le taux d’humidité, puis via un filtre à charbon actif pour éliminer l’hydrogène sulfuré. L’installation capte l’ensemble du biogaz produit pour une valorisation par une chaudière ou un générateur d’air chaud raccordé à un réseau de chaleur. Elle limite également les volumes à épandre en maintenant les effluents liquides à l’abri de la pluie. Selon ses concepteurs, le système n’entrave en rien le pompage lors des chantiers d’épandage. Il convient également pour récupérer le gaz sur un postdigesteur. L’investissement, inférieur à 100 000 € HT, comprend la couverture, la filtration, le transport et la valorisation (chaudière comprise). La firme évoque une rentabilité d’environ 8 %, revue à la hausse en cas d’aide publique, ce produit pouvant être subventionné. Nenufar fonctionne depuis un an sur la ferme expérimentale de Grignon à Thiverval-Grignon (Yvelines). Cette installation-là a déjà récupéré 45 000 m3 de biogaz à partir d’une fosse à lisier de 1 500 m3. Le marché pour cette couverture de fosse Nénufar, déjà présentée en 2014, semble prometteur : rien qu’en France, le secteur de l’élevage compterait 70 000 installations de stockage d’effluents liquides non couvertes à ce jour.

MS

Posté le 06/08/2015
Envoyer à un ami
Imprimer